DROITS DES VICTIMES

En matière d'accidents de la circulation ou de transport notamment, les compagnies d'assurances, tenues par la Loi de mettre rapidement en œuvre une offre d'indemnisation, incitent les victimes à accepter une expertise amiable effectuée par leur propre expert puis à se contenter d'une indemnité forfaitaire trop souvent sous-évaluée. Dans les autres cas, les victimes sont invitées à recourir à des commissions d'indemnisation, qui n'émettent en fait que des avis, suivis ou non d'une indemnisation minimale. 


Par ailleurs, les victimes sont trop souvent tenues à l'écart des enquêtes et demeurent dans l'ignorance des premiers résultats, seule la décision finale de poursuite ou de classement leur étant notifiée, quelquefois après plusieurs années.

Dans ces matières où les particuliers sont souvent totalement désemparés, croyant être protégées et assistées par leur Assurance, l'avocat compétent en droit des victimes est en mesure d'agir plus rapidement et plus efficacement.
Du point de vue de ses droits, la victime est ainsi mieux conseillée et mieux protégée. Du point de vue des frais d'avocat, il est possible de souscrire à une convention d'honoraires de résultat qui prévoit une rémunération des services de l'avocat en fonction du résultat obtenu, hormis les frais de base.
Il peut également être mis en œuvre, préalablement ou parallèlement à la procédure, une démarche de transaction, quelquefois encore plus rapide. En ce cas, l'avocat en droit des victimes et la Compagnie d'assurance désignent d'un commun accord un expert. Au vu de ses conclusions, tous deux discutent de l'évaluation du préjudice selon les critères habituellement retenus par les Tribunaux.